La CITES annonce un petit quota d’exportation pour le caviar beluga


Document non officiel
destiné uniquement aux médias

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

La CITES annonce un petit quota d’exportation pour le caviar beluga

Genève, le 5 février 2007 – Le Secrétariat de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) publie aujourd’hui les quotas d’exportation de 2007 en attente pour le caviar des esturgeons beluga et des fleuves Heilongjiang et Amour.

Les Etats riverains de la mer Caspienne ont accepté de réduire de 29% en 2007 (par rapport à 2005, dernière année pour laquelle des quotas ont été approuvés), le quota de prises pour Huso huso. Ils ont fixé une limite des exportations à 3761 kg pour le beluga, le caviar le plus précieux qui soit, pour cette année. Comme ces pays ont respecté les obligations en matière de rapport décidées par les 169 Etats Parties à la CITES, le Secrétariat publiera ce quota, ouvrant la voie au commerce international.

Ce petit quota reflète la tendance des populations de l’espèce. D’après les informations présentées par les Etats de la mer Caspienne, le déclin des populations se poursuit. En conséquence, le Secrétariat transmettra immédiatement la question au Comité CITES pour les animaux, chargé par les Parties à la CITES d’examiner la durabilité du commerce autorisé et réglementé par la CITES.

"Les Etats de la mer Caspienne ont accéléré leurs efforts de contrôle du commerce du caviar et ont relâché des millions de jeunes poissons en mer, mais l’on ne peut accepter la poursuite du déclin des populations", a déclaré le Secrétaire général de la CITES, Willem Wijnstekers.

"Le Secrétariat CITES n’est pas compétent pour rejeter ou amender des quotas soumis conformément aux règles acceptées mais il utilisera tous les outils à sa disposition pour que ce commerce ait une base plus durable", a-t-il ajouté.

Suite à la signature d’un protocole d’accord entre la CITES et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Secrétariat CITES a l’intention de faire appel à l’expertise de ses collègues de la FAO pour l’aider dans cette action.

Dans le cas du bassin des fleuves Heilongjiang et Amour, pêcherie partagée par la Chine et la Fédération de Russie, ces deux pays ont dûment soumis une stratégie de conservation et un régime de suivi, ainsi que des propositions de quotas pour 2007, qui ont été publiées par le Secrétariat.

La CITES a adopté des mesures pour le contrôle de la consommation intérieure, telles que l’étiquetage et l’enregistrement des commerçants, mais celles-ci doivent encore être appliquées dans de nombreux pays d’importation. La procédure d’étiquetage mise en place par la CITES contribue à prouver l’origine légale du caviar et incite les consommateurs à vérifier que ce qu’ils achètent est bien le produit véritable, obtenu de manière durable.

M. Wijnstekers a fait valoir ceci: "Il est indispensable qu’aux efforts consentis par l’Azerbaïdjan, la Chine, la Fédération de Russie, le Kazakhstan, la République islamique d’Iran et le Turkménistan, viennent s’ajouter des contrôles accrus dans les pays qui consomment le caviar. La sauvegarde de l’avenir des esturgeons sauvages dépend de la collaboration et de la coopération internationales. Dans les boutiques, les restaurants, les avions et les bateaux de croisières – partout où l’on trouve du caviar – la réglementation doit être stricte."

Informations supplémentaires

Comme les stocks d’esturgeons ont poursuivi leur déclin dans les années 1990, les Parties à la CITES ont décidé d’inscrire à l’Annexe II de la CITES, à compter du 1er avril 1998, toutes les espèces d’esturgeons non encore inscrites aux annexes. Depuis, toutes les exportations de caviar et autres produits d’esturgeons ont dû respecter les dispositions strictes de la CITES, notamment l’utilisation de permis et un étiquetage spécifique.

En 2001, la CITES a réagi au haut niveau du braconnage et du commerce illégal dans les pays de la mer Caspienne en approuvant une suspension de commerce. Des discussions approfondies ont eu lieu et des mesures plus énergiques ont été demandées aux Etats des aires de répartition des esturgeons avant que des quotas annuels puissent être acceptés pour 2002 à 2005. Le Secrétariat n’a pas été en mesure de publier des quotas pour 2006.

Avec l’accord des Etats des aires de répartition des esturgeons, les règles de fixation des quotas dans le cadre de la CITES sont devenues de plus en plus rigoureuses. Pour que les quotas qu’ils proposent soient publiés, les pays ayant des stocks communs d’esturgeons doivent s’accorder entre eux sur des quotas de pêche et d’exportation fondés sur des études scientifiques des stocks. Ils doivent aussi adopter une stratégie régionale de conservation, lutter contre la pêche illégale, et prouver que les quotas de prise et d’exportation qu’ils proposent reflètent les tendances actuelles des populations.

Le régime de la CITES requiert que le caviar et les autres produits des esturgeons soient vendus durant l’année où les poissons sont pêchés. Le caviar étant apprécié localement dans bon nombre des pays où les esturgeons sont pêchés, ces pays doivent aussi mettre l’accent sur le renforcement de leurs contrôles du commerce intérieur.

La diminution de l’approvisionnement de caviar provenant de la nature a incité de nombreux pays à créer des établissements d’aquaculture pour l’élevage d’esturgeons; cependant, pour préserver les incitations à la conservation des stocks d’esturgeons sauvages, il importe de maintenir la pêche de ces poissons à un niveau durable.

Voici les quotas d’exportation publiés aujourd’hui pour le caviar:

Beluga Huso huso  
Azerbaïdjan 300 kg
Fédération de Russie 700 kg
Kazakhstan 1761 kg plus 21.900 kg de chair
République islamique d’Iran 1000 kg
Turkménistan 0 kg
Esturgeon de l’Amour (Acipenser schrenckii)  
Chine 1337 kg plus 7740 kg de chair
Fédération de Russie 1900 kg plus 9500 kg de chair
Esturgeon kaluga Huso dauricus  
Chine 1672 kg plus 10.260 kg de chair
Fédération de Russie 2560 kg plus 12.800 kg de chai

Note aux journalistes: Pour plus d'informations, contacter Michael Williams à +41 22 917 8242, +41 79 409 1528 (téléphone cellulaire) ou Michael.williams@unep.ch, ou Juan Carlos Vasquez à +41 22 917 8156/28 ou juan.vasquez@cites.org. Voir aussi www.cites.org

 

Pour consulter les communiqués de presse précédents, aller sous Archives.