La CITES publie les quotas pour le caviar de la mer Caspienne d’origine sauvage


Document non officiel
destiné uniquement aux médias

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

La CITES publie les quotas pour le caviar de la mer Caspienne d’origine sauvage

Genève, le 3 mars 2008 – Le Secrétariat de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) a publié les quotas d’exportation pour le caviar et les autres produits des esturgeons de la mer Caspienne fixés pour 2008 par les Etats de l’aire de répartition.

La publication à la date actuelle des quotas de 2008 découle d’un changement dans le système d’établissement des quotas d’exportation pour le caviar des stocks d’esturgeons partagés, adopté à la 14e session de la Conférence des Parties à la CITES (CoP14) tenue à La Haye (Pays-Bas) en juin 2007.

L’année des quotas pour le caviar et la chair va maintenant du 1er mars au dernier jour de février de l’année suivante afin de correspondre aux saisons de pêche et de vente.

Conformément à une recommandation faite à la CoP14, les quotas de 2008 ne dépassent pas ceux de 2007. Le quota de caviar de l’Iran pour l’esturgeon perse a été réduit de 1000 kg à titre de mesure de conservation.

“Le Secrétariat reste très préoccupé par l’état des stocks d’esturgeons de la mer Caspienne. Nous travaillons avec le Comité CITES pour les animaux, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture et la Banque mondiale pour aider les pays riverains de la mer Caspienne dans leur action en faveur du maintien d’une pêche viable de ces importantes espèces” a déclaré le Secrétaire général de la CITES, Willem Wijnstekers.

Entre-temps, reconnaissant que les stocks d’esturgeons de la mer Noire et du cours inférieur du Danube étaient sérieusement épuisés, la Bulgarie, la Roumanie, la Serbie et l’Ukraine ont maintenu leur quota d’exportation zéro de caviar pour 2008.

Dans le cas des stocks partagés par la Chine et la Fédération de Russie dans l’Heilongjiang/Amour, le Secrétariat a demandé des précisions sur les informations soumises par ces pays et n’est pas en mesure de publier un quota au stade actuel.

Autres éléments du contexte

Les stocks de caviar ayant continué de baisser pendant les années 1990, les Parties à la CITES ont décidé d’inscrire à l’Annexe II de la Convention toutes les espèces d’esturgeons non encore inscrites, avec effet au 1er avril 1998. Depuis, toutes les exportations de caviar et autres produits d’esturgeons doivent suivre des dispositions strictes découlant de la CITES et être couvertes par un permis d’exportation et respecter des obligations spécifiques en matière d’étiquetage.

En 2001, la CITES a réagi au niveau élevé du braconnage et du commerce illégal dans la mer Caspienne en adoptant une interdiction temporaire. Des discussions approfondies et des actions énergiques des Etats de l’aire de répartition ont été nécessaires avant que les quotas annuels de 2002 à 2005 aient été agréés. Le Secrétariat n’a pas pu publier de quotas pour 2006.

Pour que les quotas qu’ils proposent soient publiés, les pays ayant des stocks d’esturgeons partagés doivent s’accorder sur des quotas de prise et d’exportation sur la base d’études scientifiques des stocks. Ils doivent aussi adopter une stratégie de conservation régionale, lutter contre la pêche illégale et donner des informations sur les données scientifiques qu’ils utilisent pour établir les quotas de prise et d’exportation.

Le régime CITES requiert que le caviar et les autres produits d’esturgeons soient vendus durant l’année de quota au cours de laquelle ils ont été prélevés et traités. Le caviar étant une denrée également très prisée localement dans bon nombre de ces pays, ceux-ci doivent aussi veiller à renforcer leurs mesures de contrôle du commerce intérieur des produits d’esturgeons.

La diminution de l’approvisionnement de caviar provenant de la nature a incité de nombreux pays à créer des établissements aquacoles pour les esturgeons, mais pour préserver les incitations à la conservation des stocks d’esturgeons dans la nature, il est important de maintenir les prises à un niveau durable.


Note aux journalistes: Pour plus d'informations, contactez David Morgan à +41-22-917-8123 (bureau) ou david.morgan@cites.org, ou Juan Carlos Vasquez à +41 22 917 8156 ou juan.vasquez@cites.org.


Quotas d’exportation annuels (en kg) du 1er mars 2008 au 28 février 2009
pour les spécimens des stocks d’esturgeons
partagés inscrits à l’Annexe II

Espèces

Azerbaïdjan

République islamique d’Iran

Kazakhstan

Fédération de Russie

Turkménistan

Acipenser gueldenstaedtii

3 360 kg

1 000 kg

3 070 kg

20 000 kg

0 kg

A. nudiventris

0**

0 kg

0 kg

0 kg

0**

A. persicus

0**

37 000 kg

0 kg

0**

0**

A. ruthenus

0**

0**

0**

0 kg

0**

A. stellatus

3 000 kg

3 200 kg

8 500 kg

3 500 kg

0 kg

Huso huso

300 kg

1 000 kg

1 700 kg

700 kg

0 kg

** aucun quota n’ayant été proposé, un quota zéro a été alloué

 

Pour consulter les communiqués de presse précédents, aller sous Archives.