Les ventes d’ivoire ont le feu vert


Document non officiel
destiné uniquement aux médias

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Les ventes d’ivoire ont le feu vert

Voir aussi ...
14/07/08: La CITES examine le commerce de l’ivoire et des bois

Genève, le 16 juillet 2008 – Aujourd’hui, le Comité permanent de la CITES (qui supervise la mise en œuvre de la Convention entre les conférences des Parties) a donné le feu vert pour la vente d’ivoire en une fois dont le principe avait été accepté en juin 2007. L’Afrique du Sud, le Botswana, la Namibie et le Zimbabwe sont à présent autorisés à procéder à une vente unique d’un total de 108 t d’ivoire appartenant au gouvernement. Les quantité suivantes d’ivoire brut ont été approuvées: Afrique du Sud: 51.121,8 kg, Botswana: 43.682,91 kg, Namibie: 9209,68 kg et Zimbabwe: 3755,55 kg.

Le Comité a également décidé de désigner la Chine en tant que pays d’importation. Le Japon avait déjà été autorisé à importer de l’ivoire en 2006. Ces deux pays ont déclaré qu’ils surveilleraient de près leurs marchés intérieurs.
Les produits de la vente seront utilisés exclusivement pour la conservation de l’éléphant et pour les populations vivant près des éléphants.

"Le Secrétariat supervisera ces ventes de près et en évaluera les effets sur les populations d’éléphants partout en Afrique. Nous continuerons à suivre le contrôle du commerce intérieur de la Chine et du Japon pour veiller à ce que des commerçants sans scrupules ne profitent pas de cette occasion pour blanchir de l’ivoire d’origine illégale" – a déclaré le Secrétaire général de la CITES, M. Willem Wijnstekers.

La CITES a interdit le commerce international de l’ivoire en 1989. En 1997, reconnaissant que certaines populations d’éléphants de l’Afrique australe étaient saines et bien gérées, elle a autorisé le Botswana, la Namibie et le Zimbabwe à procéder à la vente en une fois de 50 t d’ivoire au Japon. Cette vente a eu lieu en 1999 et a permis de réunir 5 millions d’USD pour la conservation de l’éléphant.

Les ventes légales portent sur l’ivoire des stocks existants provenant d’éléphants morts de causes naturelles ou éliminés sélectivement comme animaux posant des problèmes. Aujourd’hui, les populations d’éléphants de l’Afrique australe sont inscrites à l’Annexe II de la Convention (qui permet le commerce avec un système de permis), alors que toutes les autres populations d’éléphants sont inscrites à l’Annexe I (qui interdit les importations à des fins commerciales).

Note aux journalistes: Pour plus d’informations, contacter Juan Carlos Vasquez à +41 22 917 8156 ou 41 79 378 65 40 ou juan.vasquez@cites.org.

A consulter également sur le site web de la CITES:

Les documents officiels et d’autres informations sur la 57e session du Comité permanent
La liste des membres du Comité

 

Pour consulter les communiqués de presse précédents, aller sous Archives.