Les Etats de la mer Caspienne adoptent leurs quotas d’exportation de caviar d’origine sauvage


Document non officiel
destiné uniquement aux médias

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

Les Etats de la mer Caspienne adoptent leurs quotas d’exportation de caviar d’origine sauvage

Genève, le 23 juillet 2010 – Le Secrétariat de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) publie, aujourd’hui, les quotas d’exportation de caviar et autres produits d’esturgeons convenus par les Etats de la mer Caspienne pour 2010.

Lors d’une réunion organisée à Téhéran, l’Azerbaïdjan, la Fédération de Russie, le Kazakhstan, la République islamique d’Iran et le Turkménistan ont arrêté leurs quotas pour 2010.

Pour les exportations de caviar et de chair d’esturgeon, l’année du quota va du 1er mars 2010 au 28 février 2011, de façon à refléter la saison de pêche. Les quantités pouvant être exportées sont inférieures à celles de 2008, dernière année de publication de quotas d’exportation.

“Grâce au système de quotas CITES, les cinq Etats de la mer Caspienne ont convenu d’objectifs de gestion communs, dans le cadre d’une réponse concertée visant à améliorer l’état des stocks appauvris” a déclaré M. John Scanlon, Secrétaire général de la CITES, ajoutant “l’établissement de ces quotas d’exportation démontre, une fois encore, l’utilité de la CITES pour traiter de manière efficace et pratique les questions de conservation et d’utilisation durable de la diversité biologique”.

Les pays qui se partagent les populations d’esturgeons de la mer Noire et du cours inférieur du Danube (Bulgarie, Roumanie et Serbie) ainsi que la population Heilongjiang/fleuve Amour (Chine et Fédération de Russie) n’ont pas encore communiqué leurs quotas pour cette année au Secrétariat CITES.

Selon un accord conclu en 2002 entre les Etats membres de la CITES, les pays qui se partagent des stocks d’esturgeons ont un quota d’exportation zéro jusqu’à ce qu’ils trouvent un consensus sur un niveau d’exportation durable.

En 2009, faute d’accord entre les cinq pays de la mer Caspienne, les importations de caviar d’origine sauvage de ces pays ont été suspendues.

Informations complémentaires

Les stocks de caviar n’ayant cessé de décliner tout au long des années 1990, les Parties à la CITES ont décidé d’inscrire à l’Annexe II toutes les espèces d’esturgeons qui n’y étaient pas encore, ce qui signifie que le commerce international de spécimens de ces espèces doit obtenir l’approbation gouvernementale, fondée sur des avis scientifiques. Cette décision est entrée en vigueur le 1er avril 1998 et, depuis, toutes les exportations de caviar et autres produits d’esturgeons ont dû satisfaire aux dispositions CITES, en particulier le recours aux permis d’exportation et à l’étiquetage spécifique.

 En 2001, la CITES a réagi aux taux élevés de braconnage et de commerce illégal en mer Caspienne par une interdiction temporaire de commerce international de caviar d’origine sauvage et d’autres produits d’esturgeons.

Pour que les quotas qu’ils proposent soient publiés, les pays qui partagent des stocks d’esturgeons doivent convenir, d’un commun accord, de quotas de capture et d’exportation fondés sur un suivi scientifique des stocks. Ils doivent aussi adopter une stratégie de conservation régionale, lutter contre la pêche illégale et fournir des informations sur les données scientifiques ayant servi à établir les quotas de capture et d’exportation.

Selon le régime CITES, le caviar et autres produits d’esturgeons doivent être vendus durant l’année du quota dans laquelle les poissons sont pêchés et transformés. Le caviar étant aussi un met délicat prisé au plan local dans de nombreux pays où l’on pêche l’esturgeon, ces pays doivent également réglementer le commerce intérieur.

La diminution du volume de caviar d’origine sauvage a conduit à la création d’établissements d’aquaculture d’esturgeons dans de nombreux pays. Cependant, le maintien d’une capture durable de ce poisson à l’état sauvage reste important car il constitue une incitation à sa conservation.

Note aux journalistes: Pour d’autres informations, veuillez contacter Juan-Carlos Vasquez au +41-22-917-8156 ou juan.vasquez@cites.org. Voir aussi www.cites.org.

Quotas d’exportation annuels (en kg) pour les spécimens de stocks partagés d’espèces d’esturgeons sauvages
inscrites à l’Annexe II, du 1er mars 2010 au 28 février 2011

Espèces

Azerbaïdjan

Iran (Rép. Islamique d’)

Kazakhstan

Fédération
de Russie

Turkménistan

Acipenser gueldenstaedtii

3 360 kg

1 000 kg

3 070 kg

19 500 kg

0 kg

A. nudiventris

0**

0 kg

0 kg

0**

0**

A. persicus

0**

34 000 kg

0 kg

0**

0**

A. ruthenus

0**

0**

0**

0 kg

0**

A. stellatus

3 000 kg

2 944 kg

8 500 kg

2 600 kg

0 kg

Huso huso

0 kg

800 kg

1 500 kg

700 kg

0 kg

** aucun quota proposé, en conséquence un quota zéro sera attribué.

 

Pour consulter les communiqués de presse précédents, aller sous Archives.