Des permis sur papier aux technologies électroniques: pour mieux suivre le commerce des espèces sauvages dans une économie mondialisée

Des permis sur papier aux technologies électroniques: pour mieux suivre le commerce
des espèces sauvages dans une économie mondialisée

Participants à la réunion

Managua, le 29 juin 2011. Lors d’une réunion sur les nouvelles technologies garantissant un commerce international légal, durable et traçable des espèces sauvages, des cadres des douanes et des services chargés d’appliquer la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) ont discuté de la transition entre les systèmes de permis sur papier et de délivrance informatisée des permis. Les nouveaux systèmes permettront d’harmoniser les contrôles CITES et douaniers et de normaliser les données en vue d’un traçage plus efficace du commerce – en constante augmentation – des produits d’espèces sauvages.

Avec l’appui du Programme d’assistance technique du Département américain de l’intérieur, et en collaboration avec la Commission centraméricaine sur l’environnement et le développement (CCAD) et le Secrétariat CITES, plus de 30 participants venant du Brésil, du Costa Rica, d’El Salvador, du Guatemala, du Honduras, du Nicaragua et de la République dominicaine se sont réunis à Managua du 27 au 29 juin pour discuter de la mise en œuvre de systèmes d’e-permis nationaux et régionaux utilisant la “fenêtre unique” pour mieux s’organiser, donner accès aux informations sur le commerce, promouvoir la collaboration avec les initiatives en place, et renforcer la capacité des douanes de contrôler et de suivre le commerce international des espèces sauvages.

Cette réunion résultait d’un partenariat unique et innovant entre les Parties à la CITES et les organisations internationales visant à renforcer les capacités, introduire de nouvelles technologies et partager et échanger expériences et expertise en matière de nouvelles technologies de l’information et de la communication. Elle a souligné le rôle critique des douanes qui est de garantir que le commerce des espèces CITES reste légal et traçable. Peut-être plus important encore, la réunion a proposé une feuille de route pour préparer des propositions de financement conjointes afin de contribuer à l’élaboration de systèmes nationaux et régionaux de délivrance informatisée des permis CITES.

Des experts brésiliens ont proposé de faire part de leur savoir-faire et de transférer les technologies de délivrance informatisée des permis dans le cadre des accords de coopération en place. De plus, les pays ayant l’expérience de l’établissement de points d’entrée uniques pour les informations relatives au commerce – appelés “fenêtres uniques” – acceptent eux aussi de partager leur expertise et de la mettre à disposition. Les Parties ont été invitées à participer à d’autres nouvelles initiatives qui visent à faciliter la validation des données des permis CITES par les autorités CITES et les douanes, comme EPIX (Electronic Permit Information eXchange), mis au point par le Centre de surveillance continue de la conservation mondiale du PNUE.

Le secrétaire général de la CITES, M. John E. Scanlon, a décrit les résultats de la réunion comme “donnant un avant-goût de la mise en œuvre de la CITES, où les processus liés au commerce CITES seront complètement informatisés, permettant un meilleur contrôle du commerce avec de plus grands avantages pour la conservation.”

M. Jason Riley, du Département américain de l’intérieur, a déclaré que “Les Etats-Unis se sont engagés à travailler avec leurs partenaires commerciaux d’Amérique centrale et de la République dominicaine à renforcer la mise en œuvre de la CITES. Je suis impressionné par l’énergie et les efforts déployés par mes collègues de la région pour explorer les nouvelles technologies pour contrôler le commerce des espèces CITES.”

Mme Margarita Salazar, de la CCAD, a accueilli avec satisfaction la participation du Secrétariat CITES et a remercié l’ITAP pour son appui financier. Elle a déclaré que “La CCAD s’attend à ce que les résultats de cet atelier contribuent grandement à simplifier la procédure administrative afin de faciliter l’échange d’informations sur le commerce en temps réel."

Enfin, les derniers développements dans le commerce électronique conduits par des organisations internationales telles que l’Organisation mondiale des douanes et le Centre des Nations Unies pour la facilitation du commerce et les transactions électroniques (CEFACT/ONU) ont été présentés aux participants. Ces organisations sont des partenaires importants dans l’élaboration de systèmes harmonisés de délivrance informatisée des permis qui respectent les normes internationales.

 

Note aux journalistes: Pour plus d’informations sur les systèmes de délivrance informatisée des permis CITES, contacter M. Marcos Silva (marcos.silva@cites.org) ou M. Juan Carlos Vasquez à +4179-552 27 32 (mobile), ou juan.vasquez@cites.org

Mme Fatima Vanegas (DoI-CCAD) à +505-22762996 ou fvanegas@sica.int

 

 


Pour consulter les communiqués de presse précédents, aller sous Archives.