Message écrit du Secrétaire général de la CITES, John E. Scanlon à la Première session des États des aires de répartition des rhinocéros d’Asie

S. E. M. Zulkifli Hasan
Ministre des forêts
Ministère des forêts
Gedung Manggala Wanabakti
Blok I Lt. 8, Jalan Gatot Subroto
Jakarta 10270
Indonésie
 
Excellence,
 
Je vous remercie infiniment pour cette aimable invitation à assister à la Première session des États des aires de répartition des rhinocéros d’Asie. Malheureusement, mes plans de voyage ne me permettent pas d’y venir en personne mais j’aimerais souhaiter la plus chaleureuse des bienvenues aux participants et féliciter le Gouvernement de l’Indonésie pour avoir pris cette initiative importante.
Un rhinocéros tué par des braconniers en Inde.
Comme vous le savez, il y a cinq espèces de rhinocéros qui sont toutes inscrites aux annexes de la CITES. Les trois espèces de rhinocéros d’Asie sont inscrites à l’Annexe I de la CITES. Dans la Liste rouge de l’UICN, les rhinocéros de Java et de Sumatra sont classés En danger critique d’extinction et le rhinocéros indien, Vulnérable. La sous-espèce de rhinocéros de Java, au Viet Nam, a été déclarée Éteinte le 25 octobre 2011. Une petite population de rhinocéros de Java survit encore en Indonésie, ce qui a suscité cet important débat. 
 
Le sort des rhinocéros d’Asie dépend d’une action concertée des États des aires de répartition avec l’appui de la communauté internationale. Nous sommes particulièrement satisfaits de l’esprit d’initiative montré par les pays de toute l’aire de répartition du rhinocéros d’Asie – l’Indonésie, le Bhoutan, l’Inde, la Malaisie et le Népal – en portant cette question d’importance critique sur la table des délibérations, à Bandar Lampung.
 
Les États des aires de répartition des rhinocéros ont joué un rôle très actif lors de la 16e session de la Conférence des Parties à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CoP16 CITES) à Bangkok, Thaïlande, en mars 2013. À cette session, les Parties à la CITES ont pris des mesures décisives pour mettre un terme à la flambée perturbante de l’abattage illégal de rhinocéros d’Afrique et d’Asie et à la contrebande de leurs cornes vers des marchés lucratifs. La Conférence a, en particulier, adopté les décisions 16.84 et 16.85.
 
Dans ce contexte, nous invitons respectueusement tous les États participants à déployer des efforts collectifs pour appliquer intégralement ces décisions et nous vous encourageons tous à soutenir le projet de communiqué soumis pour examen à la présente session.
 
Le Secrétariat CITES travaille en collaboration étroite avec ses partenaires du Consortium international de lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages (ICCWC), une initiative conjointe du Secrétariat CITES, d’INTERPOL, de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, de la Banque mondiale et de l’Organisation mondiale des douanes, afin de renforcer les capacités d’application des lois pour lutter contre le braconnage des rhinocéros et la contrebande de leurs cornes. Je saisis cette occasion pour offrir notre appui à tous les agents qui sont en première ligne et travaillent avec l’ICCWC dans les cinq États des aires de répartition des rhinocéros d’Asie, afin de faire diminuer le braconnage des rhinocéros et la contrebande des cornes de rhinocéros.
Nous devons aussi nous focaliser sur les moyens de nous attaquer aux moteurs sous‑jacents de la criminalité contre les espèces sauvages. Comprendre les liens qui unissent les approches fondées sur les écosystèmes et les espèces, les plantes envahissantes, le commerce international, le développement durable et la sécurité nationale est vital dans ce combat contre des tendances alarmantes du braconnage et de la contrebande qui mettent en péril notre patrimoine naturel. Nous travaillons actuellement avec plusieurs donateurs en vue de soutenir les meilleures réponses possibles et les plus pratiques aux défis auxquels sont confrontés les pays d’Asie et d’autres régions du monde. Nous pouvons aller très vite à cet égard, si nous nous appuyons sur l’infrastructure qui est déjà en place et qui fonctionne efficacement.
 
Merci une fois encore pour cette initiative forte en vue de chercher à donner une meilleure cohérence à l’application ‘sur le terrain’ de mesures d’importance critique visant la conservation et le rétablissement des populations de rhinocéros d’Asie.
Je vous souhaite tout succès dans vos délibérations et me réjouis de prendre connaissance des résultats de cette session et de vous rencontrer dans un proche avenir.
 
Voir aussi: