Différents points de vue des AME pour la mise en œuvre du Plan stratégique pour la diversité biologique

 
Déclaration du Secrétaire général de la CITES, John E. Scanlon
 
16 octobre 2013
 
À la CoP10 de la CDB, le Secrétariat de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) s’est exprimé au nom de quatre conventions relatives à la biodiversité en faveur de l’adoption d’un Plan stratégique pour la diversité biologique 2011-2020 et d’un ensemble d’objectifs dits ‘Objectifs d’Aichi pour la biodiversité’. Le Comité permanent de la CITES a ensuite supervisé la révision de la Vision de la stratégie CITES pour tenir compte du Plan stratégique et de ses objectifs, avec les amendements adoptés par la Conférence des Parties à la CITES, réunie à Bangkok, Thaïlande, du 3 au 14 mars 2013 (CoP16).
 
Les Parties à la CITES ont toujours opté pour des visions stratégiques brèves et concises et, pour ne pas déroger à cette tradition, la CoP16 a décidé de n’adopter que quelques changements à la structure de la Vision de la stratégie CITES pour aligner celle-ci sur celles du Plan stratégique et des Objectifs d’Aichi. Il est à noter que, pour la première fois, la CoP a intégré, dans ses propres décisions, une décision adoptée par un autre forum.
 
Les buts et objectifs de la Vision de la stratégie CITES sont précédés par une déclaration de la CITES pour l’avenir. Celle‑ci a été modifiée de manière à inclure une référence expresse à la contribution importante de la Convention aux Objectifs d’Aichi pour la biodiversité pertinents en empêchant la surexploitation des espèces animales et végétales sauvages par le commerce international. 
 
La Vision de la stratégie CITES a trois buts simples : veiller au respect et à l’application de la Convention et à la lutte contre la fraude; obtenir les ressources financières et les moyens nécessaires pour le fonctionnement et la mise en œuvre de la Convention et veiller à ce que la Convention et d’autres instruments et processus multilatéraux soient cohérents et se renforcent mutuellement.
 
Avant la CoP16, le But 3 sur les liens avec d’autres organismes et objectifs faisait spécifiquement référence aux mécanismes financiers internationaux, aux organisations internationales pertinentes des domaines de l’environnement, du commerce et du développement, aux organisations et accords internationaux pertinents traitant des ressources naturelles, aux objectifs du Millénaire pour le développement et aux objectifs de développement durable instaurés au Sommet mondial sur le développement durable. À la CoP16, des références au Plan stratégique pour la diversité biologique 2011-2020 et aux Objectifs d’Aichi pour la biodiversité ont été ajoutées aux objectifs du But 3. Il s’agissait là de souligner que la contribution de la CITES à ce plan et à ses objectifs serait renforcée par des efforts constants en vue de garantir que le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages soit durable.
 
À la CoP16, une décision a également été prise en vue de faire coïncider les échéances de la Vision de la stratégie CITES avec celles du Plan stratégique pour la diversité biologique de sorte que la Vision de la stratégie CITES se poursuivra désormais jusqu’en 2020.
 
Reconnu à Rio+20 comme un accord international se trouvant à la croisée des chemins entre le commerce, l’environnement et le développement, la CITES a toujours eu une large gamme de partenaires dans les sphères du commerce, socioéconomiques et de l’environnement.
 
Le Plan stratégique pour la diversité biologique 2011-2020 et les Objectifs d’Aichi pour la biodiversité sont cependant devenus une référence importante pour les Parties à la CITES lorsqu’elles mettent en contexte leur travail quotidien pour veiller à ce que le commerce international d’animaux et de plantes sauvages soit légal, durable et traçable et ne nuise pas à leur survie.