Les représentants de ministères Allemands et le Secrétaire général de la CITES discutent de mesures de lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages

Les efforts de lutte contre le braconnage et le commerce illégal des espèces sauvages ainsi que l’appui international aux initiatives mondiales, régionales et nationales ont été le thème des discussions à Bonn, le 24 juillet 2013 entre les représentants du Ministère fédéral de l’environnement, de la conservation de la nature et de la sécurité nucléaire (BMU), du Ministère fédéral de la coopération économique et du développement (BMZ) et le Secrétaire général de la CITES, John E. Scanlon.

“Les représentants des Ministères allemands de l’environnement et de la 
coopération au développement et le Secrétaire général de la CITES, John 
E. Scanlon, ont examiné les mesures à prendre pour lutter contre la criminalité
liée aux espèces sauvages et concernant un nouveau programme spécial 
allemand (Polifonds), Bonn, 24 juillet 2013.”
Il a été question de plusieurs initiatives pilotées par l’Allemagne, notamment un projet visant à mettre au point des techniques de criminalistique pour déterminer l’âge et l’origine de l’ivoire d’éléphant par l’analyse des isotopes. S’exprimant directement sur les avantages de ce projet, M. Scanlon a déclaré que “disposer de preuves fiables, basées sur de nouvelles technologies ADN, est d’importance critique pour lutter contre la criminalité liée aux espèces sauvages. Grâce à ces techniques, les procureurs pourront obtenir la condamnation des criminels participant au commerce illégal des espèces sauvages”.
 
Les représentants allemands et M. Scanlon ont aussi discuté des moyens de promouvoir des approches plus cohérentes entre différents ministères pour traiter du braconnage et du commerce illégal des espèces sauvages, activités extrêmement lucratives qui posent des problèmes complexes.
 
Le BMZ soutient les mesures concrètes de lutte contre le braconnage et le commerce illégal dans les pays des aires de répartition des rhinocéros et des éléphants et dans les pays où des produits à base d’ivoire et de corne de rhinocéros sont consommés ainsi qu’au niveau international. Cet effort fait partie de l’engagement de l’Allemagne à mettre à disposition 500 millions d’euros chaque année, à partir de 2013, pour la conservation des forêts et d’autres écosystèmes, dans le monde entier.  
 
Outre intégrer les mesures antibraconnage dans la coopération bilatérale au développement, p. ex., en renforçant les capacités des gardes et des administrateurs de parcs, le BMZ aide les pays partenaires à faire participer les communautés locales à la gestion des aires protégées, p. ex., dans la région du Kavango Zambezi (KAZA) qui recouvre cinq pays d’Afrique australe, en Tanzanie (Serengeti, Selous) et en Afrique centrale, qui sont des régions gravement touchées. Si la population locale bénéficie des aires protégées et de leurs services écosystémiques, il est clair qu’elle deviendra un allié solide dans la lutte contre le braconnage et le commerce illégal (pour d’autres informations, veuillez cliquer ici).
 
Dans ce but, le BMZ mettra aussi sur pied un programme spécial, doté d’un financement de 3,2 millions d’euros, pour apporter les compétences de différents ministères allemands dans des domaines d’action complémentaires, dans le cadre de leurs mandats respectifs, de leur savoir‑faire et de leurs intérêts spécifiques afin: a) de mettre en œuvre des cours de formation pour les responsables et acteurs concernés, b) d’augmenter les capacités d’application institutionnelles et techniques des Parties à la CITES et c) d’entreprendre des travaux de recherche sur les marchés de consommation et d’élaborer des campagnes de sensibilisation ciblées. Ces mesures seront coordonnées avec les autorités nationales compétentes et les ONG nationales et internationales concernées présentes dans les pays en question.
 
“L’appui fourni par l’Allemagne, en associant sa politique environnementale et sa coopération au développement, ainsi que d’autres ministères clés, est extrêmement bienvenu et nécessaire” a ajouté John Scanlon.

Ces nouvelles initiatives soutiennent les efforts de l’Allemagne en vue d’aider à la conservation des espèces sauvages, notamment à la lumière de son parrainage d’une motion sur la conservation de l’éléphant d’Afrique adoptée au dernier Congrès mondial de la nature de l’UICN, en 2012.
 
Ces initiatives seront confortées par la préparation d’une réunion de haut niveau sur les éléphants organisée par la Tanzanie en coopération avec l’UICN, du 4 au 6 novembre 2013. Ce sommet aura pour but de soutenir des solutions et de financer des mesures urgentes pour mieux s’attaquer aux défis posés par le commerce illégal de l’ivoire d’éléphant.
 
Le Secrétariat CITES continuera de travailler en collaboration étroite avec l’Allemagne pour aider à la mise en œuvre de ces programmes et garantir que le commerce international des espèces sauvages reste légal, durable et traçable.