21 Les bureaux régionaux de l'organe de gestion CITES de la Chine rencontrent le Secrétaire général de la CITES

Le Secrétaire général de la CITES rencontré pour la première fois les 21 bureaux régionaux de l'organe de gestion de la Chine lors d’une séance de réflexion et de formation organisée en Chine dans la province du Jilin en juillet 2013.

“Participants à la séance de réflexion et de formation nationale organisée en Chine “

Lors de la séance de réflexion, la Vice-administratrice de l’Administration forestière d’Etat s’est exprimée, ainsi que des hauts fonctionnaires de l’Administration générale des douanes et du Ministère des Affaires étrangères. L’organe de gestion CITES de la Chine a fait le point sur l’application de la CITES en Chine au cours des deux dernières années, exposé les mesures prises par de nombreux organismes pour mettre en œuvre les résultats de la CoP16, et fourni des formations diverses au personnel des bureaux régionaux CITES.

Au cours de sa présentation, M. John E. Scanlon a souligné les points suivants : l’accent mis sur la lutte contre la fraude lors de la CoP16, notamment en ce qui concerne l’éléphant d’Afrique et le commerce illégal de l’ivoire ; l’application de nouvelles listes pour les essences forestières ; les préparatifs en vue de l’entrée en vigueur des nouvelles listes pour les  requins et  les raies Manta, dont les réunions qui ont eu lieu avec le Brésil, la Commission Européenne et la FAO ; et les financement supplémentaires visant à soutenir la mise en œuvre de la CITES, y compris par le biais du FEM. M. Scanlon a en outre abordé la question du commerce illégal des espèces produisant du bois d’agar, des grands singes, des pangolins, de l’antilope du Tibet, des tigres et de la corne de rhinocéros.

“La Chine est un vaste pays doté d’une très forte population, de multiples frontières internationales et d’un fort volume de commerce international, ce qui représente pour l’application de la Convention des défis sans équivalent. La Chine a adopté des mesures importantes pour relever ces défis et, à l’instar d’autres Parties à la CITES, elle intensifie ses effort pour poursuivre la mise en œuvre des résultats de la CoP16,” a déclaré le Secrétaire général de la CITES, John E. Scanlon.

La Chine dispose de l’organe de gestion CITES les plus important au monde, et elle a constitué en 2011 le groupe national CITES de coordination inter-agences afin de mieux soutenir les efforts coordonnés de lutte contre la fraude. Au cours des trois dernières années, la Chine a accueilli des réunion internationales CITES consacrées à l’antilope saïga (2010), au livraisons surveillées (2011), au commerce des serpents d’Asie (2011) et aux systèmes d’e-permis (2012). En outre, elle a dirigé la première initiative transcontinentale de lutte contre la fraude connue sous le nom d’Opération Cobra (2013). La Chine a également organisé une formation à la lutte contre la fraude pour des pays du continent africain (2012), une réunion de consultations techniques avec l’ASEAN (2012) et un séminaire de formation à la lutte contre la fraude pour les forces de police et les douanes de Mongolie (2012). Un fonctionnaire de l’Administration générale des douanes sera détaché auprès du Groupe de travail sur l’accord de Lusaka en 2013 afin d’aider à l’application de la CITES en Afrique. Concernant la fourniture de matériels de formation utilisés pour le renforcement des capacités, des présentations de la CITES et trois modules de formations disponibles sur le site du collège virtuel CITES seront traduits en chinois d’ici au mois de septembre de cette année.

En juin 2013, la Chine a avisé le Secrétariat de la CITES que bien qu’elle s’oppose à l’inscription, à la CoP16, de 5 nouvelles espèces de requins aux Annexes CITES, et malgré les réserves qu’elle éprouve concernant l’application, dans un esprit de coopération internationale au titre de la CITES et dans le respect total des décisions adoptées à la CoP16, elle appliquera les règles de la CITES aux espèces inscrites. La Chine n’a donc formulé aucune réserve.

Dans le cadre de sa mission, M. Scanlon a également rencontré la Vice-administratrice de l’Administration générale des douanes, le Vice-ministre chargé de l’Administration forestière d’Etat, et des hauts fonctionnaires du Ministère des Affaires étrangères à Pékin.