Renforcer la coopération régionale pour combattre la criminalité liée aux espèces sauvages en Asie occidentale

Les pays d’Asie occidentale sont convenus d’un processus visant à renforcer la coopération régionale pour combattre la criminalité liée aux espèces sauvages. L’accord a été conclu à l’occasion d’un atelier organisé par le Koweït du 29 au 31 octobre 2013, auquel participaient des représentants de huit pays d’Asie occidentale : l’Arabie saoudite, le Bahreïn, les Émirats arabes unis, la Jordanie, le Koweït, le Liban, Oman et le Qatar.

L’atelier a été organisé à la demande des États membres de la CITES (Parties à la convention) d’Asie occidentale, qui souhaitaient s’entretenir avec les fonctionnaires participant, dans la région, à la mise en œuvre de la CITES et à l’application de la loi, notamment ceux de la police et des douanes, ainsi qu’avec les organes de gestion CITES nationaux et les experts pertinents. L’objectif était d’étudier la nécessité d’établir un réseau régional afin de coordonner l’application des lois qui régissent le commerce des espèces sauvages et de partager les informations à cet égard, ainsi que la faisabilité d’un tel réseau.  L’atelier a été organisé conjointement par l’autorité de protection de l’environnement du Koweït, le Secrétariat CITES et le Bureau régional du PNUE pour l’Asie occidentale (PNUE-BRAO), avec le soutien financier de la Commission européenne.

Parmi les participants figuraient également des représentants du Secrétariat CITES, de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), de l’Organisation mondiale des douanes (OMD), du bureau de l’OPIC-INTERPOL au Koweït, et les secrétaires de deux réseaux régionaux existants chargés de combattre la criminalité liée aux espèces sauvages – l’un pour l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE), et l’autre pour la Corne de l’Afrique. Les participants ont partagé leur expérience et montré comment ils pourraient soutenir un effort régional pour l’Asie occidentale.

Les Parties à la CITES présentes à l’atelier sont convenues de la nécessité d’un réseau régional en Asie occidentale afin d’améliorer la coopération régionale dans le domaine de l’application de la loi en matière de criminalité liée aux espèces sauvages et de faciliter les échanges régionaux d’informations, de données et de renseignements. Elles ont élu un groupe spécial, constitué de représentants de quatre pays, chargé d’établir une proposition de mécanisme pour instaurer un réseau régional afin de combattre la criminalité liée aux espèces sauvages en Asie occidentale, qui sera soumise à l’appréciation de chaque État afin d’obtenir le haut niveau d’intérêt nécessaire.

Se félicitant de l’issue de l’atelier, le Secrétaire général de la CITES, M. John E. Scanlon, a déclaré « le Secrétariat de la CITES continuera d’apporter tout son soutien aux initiatives menées par les Parties à la CITES pour établir des réseaux régionaux visant à améliorer l’application de la législation relative aux espèces sauvages, afin d’assurer que le commerce de ces espèces est licite et durable. »

L’État du Koweït étant un représentant de la région Asie au Comité permanent de la CITES, et le coordinateur de la Convention dans le cadre de la Ligue des États arabes, il a proposé d’accueillir le nouveau réseau sous les auspices de l’Autorité publique de l’environnement.