2ème Réunion plénière de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES)

Déclaration du Secrétariat de la Convention sur le commerce international des 
espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES)
 
10 décembre 2013
Monsieur le Président,
 
La CITES tient à remercier le Gouvernement de la Turquie pour sa généreuse hospitalité, ainsi que le Bureau, le Groupe d’experts multidisciplinaire (MEP - Multidisciplinary Expert Panel) et le Secrétariat de l’IPBES pour leur travail intersession.
 
Le Président du Comité CITES pour les animaux et le Vice-Président du Comité pour les plantes ont participé aux réunions MEP- 1 et MEP- 2. La Présidente du Comité pour les plantes fait partie de la délégation de la CITES à cette réunion.
 
Cette intervention offre au Secrétariat de la CITES l’occasion de féliciter la Turquie et l’Espagne pour avoir conclu avec succès le projet de jumelage de l’UE de 2 ans portant sur le « Renforcement des capacités institutionnelles pour la mise en œuvre de la CITES ». La Présidente du Comité pour les plantes est espagnole et a participé activement à ce projet. Les résultats et produits du projet sont disponibles sous différentes formes, et sont présentés tout au long de cette réunion au stand d’exposition situé dans le hall.
 
Le projet de jumelage entre la Turquie et l’Espagne reflète l’accent mis par la CITES sur le renforcement des capacités des institutions nationales et sous-nationales afin de veiller à ce que le commerce international des espèces inscrites soit légal, durable et traçable.
 
Lors de sa 16e session en mars 2013 à Bangkok, Thaïlande, la Conférence des Parties à la CITES a adopté quatre décisions concernant l’IPBES (décisions 16.13 à 16.16, voir ci-dessous) :
 
  •  La décision 16.13 demande aux Parties d’envisager, d’encourager et de favoriser l’adoption de mesures visant à renforcer les liens entre l’IPBES et la CITES, y compris, le cas échéant, par l’intermédiaire de l’organe directeur de l’IPBES.
  • La décision 16.14 demande au Comité permanent de créer un groupe de travail sur l’IPBES. Le groupe de travail a été constitué et comprend notamment le Président du Comité pour les animaux et la Présidente du Comité pour les plantes, ainsi que le Secrétariat. Le Groupe de travail, entre autres tâches, soutient le Comité permanent dans ses actions visant à s’assurer qu’une relation mutuelle s’instaure entre la CITES et l’IPBES, que la communication entre la CITES et l’IPBES pour la transmission des demandes gouvernementales soit effective, et que l’élaboration du programme de travail de l’IPBES tienne compte des besoins des autorités scientifiques et des organes de gestion nationaux pour encourager un recours accru aux sciences appliquées pour la mise en œuvre de la CITES, y compris la réalisation d’avis de commerce non préjudiciable et d’acquisition légale, et les décisions liées concernant le commerce [souligné par l'auteur du présent document]. Il a été suggéré hier au cours de discussions de l’IPBES-2 que la nature du renforcement des capacités devant être intégré dans toutes les activités de l’IPBES n’était pas tout à fait claire. La décision 16.14 est assez précise quant au renforcement des capacités nécessaire pour les autorités CITES.
  • La décision 16.15 demande au Comité pour les animaux et au Comité pour les plantes de renforcer les liens entre le Groupe d’experts multidisciplinaire et les comités scientifiques de la CITES.
  •  La décision 16.16 demande au Secrétariat de participer en qualité d’observateur aux réunions de l’organe directeur de l’IPBES et de renforcer les liens entre cet organe directeur et ceux de la CITES.
S’ajoutant aux décisions ci-dessus, la CoP16 de la CITES a adopté les nouvelles résolutions suivantes : Avis de commerce non préjudiciable, La CITES et les moyens d'existence et Introduction en provenance de la mer (relative au prélèvement de spécimens en haute mer).
 
L’évaluation thématique proposée sur l’utilisation durable s’appuie sur une demande officielle de la CITES à l’IPBES. Nous avons encouragé son examen approfondi lors des deux réunions du MEP et nous continuons à le faire ici. À cet égard, nous apprécions le soutien exprimé par le GRULAC et par d’autres acteurs.
 
L’évaluation thématique sur l’utilisation durable devrait contribuer non seulement à la CITES, mais aussi à toutes les autres conventions relatives à la biodiversité et aux Conventions de Rio. Elle offre un moyen concret d’intégrer le renforcement des capacités, les moyens de subsistance et les connaissances autochtones et locales dans les travaux de l’IPBES. Comme l’a déclaré le Directeur adjoint du PNUE dans son allocution d’ouverture, l’exploitation est préoccupante pour un certain nombre d’espèces animales et végétales. La surexploitation est le facteur de perte de biodiversité sur lequel la CITES s’implique le plus directement. Sa contribution sur d’autres facteurs est beaucoup plus indirecte.
 
Cette évaluation thématique est également susceptible de contribuer aux Objectifs de développement durable post-2015 et à l’Objectif 4 d’Aichi. À cet égard, il est important de noter que la CoP16 de la CITES a étendu la vision stratégique de la CITES à l’horizon 2020 et a incorporé des références au Plan stratégique pour la diversité biologique, aux objectifs d’Aichi et aux résultats de Rio+20.
 
Comme mentionné dans les réunions précédentes de l’IPBES, les autorités nationales scientifiques et de gestion des 179 Parties à la CITES travaillent déjà régulièrement à l’interface science-politique, lorsqu’elles examinent les exportations, importations, réexportations et introductions en provenance de la mer d’espèces inscrites aux annexes de la CITES.
 
Nombre d’expériences acquises par les autorités CITES pourraient aider l’IPBES - et la réalisation d’une évaluation thématique sur l’utilisation durable pourrait contribuer de manière significative au travail de terrain à court terme comme à plus long terme.
 
Je vous remercie.

 


Décisions de la Conférence des Parties à la CITES en vigueur après la 16e session

Plataforma intergubernamental científico-normativa sobre diversidad 

biológica y servicios de los ecosistemas (IPBES)

 

Dirigida a las Partes
16.13

a)    Las Partes deberían estudiar la posibilidad de promover acciones para reforzar vínculos entre la IPBES y la CITES y fortalecer la interfaz entre los aspectos científicos y políticos a nivel nacional e internacional, entre otras cosas, a través del órgano rector de la IPBES, según proceda; y

b)    teniendo presente que prosigue el proceso de consolidación de la IPBES, se invita a las Partes a realizar aportaciones a la Secretaría para dar respuestas oportunas a la IPBES sobre la participación de la CITES.

Dirigida al Comité Permanente
16.14

En su 64ª reunión, el Comité Permanente deberá crear un Grupo de trabajo sobre la IPBES, que incluya a las Presidencias de los Comités de Fauna y de Flora y a la Secretaría, que respalde sus esfuerzos con miras a garantizar que:

a)    haya una relación recíproca entre la CITES y la IPBES, en la que la CITES sea un usuario o beneficiario de la IPBES, al igual que un contribuyente de la IPBES;

b)    la comunicación entre la CITES y la IPBES para comunicar las solicitudes de los gobiernos sea eficaz;

c)    en la preparación de un programa de trabajo para la IPBES se tomen en consideración las necesidades de las Autoridades Científicas y Administrativas nacionales para favorecer la utilización de ciencias aplicadas en la aplicación de la CITES, inclusive la formulación de dictámenes de extracción no perjudicial y de adquisición legal, y las decisiones comerciales conexas; y

d)    se proporcionen las solicitudes y las aportaciones de la CITES a las actividades ordinarias y entre períodos de sesiones realizadas por la IPBES, de conformidad con los plazos pertinentes, en particular el plazo del 5 de mayo de 2013 para las solicitudes y las sugerencias relacionadas con el programa de trabajo inicial de la IPBES.

El Grupo de trabajo entre períodos de sesiones deberá informar al Comité Permanente en sus reuniones 65ª y 66ª.

Todas las aportaciones a la IPBES elaboradas por el Grupo de trabajo entre períodos de sesiones, previa aprobación del Presidente del Comité Permanente tras consultar con el Comité, se remitirán a la IPBES por conducto de la Secretaría en nombre del Comité Permanente.

El Comité Permanente, en su 66ª reunión, deberá estudiar la necesidad de redactar una resolución que reconozca específicamente la relación entre la CITES y la IPBES.

El Comité Permanente deberá informar en la 17ª reunión de la Conferencia de las Partes acerca de los resultados de este trabajo.

Dirigida a los Comités de Fauna y de Flora
16.15

Las Presidencias de los Comités de Fauna y Flora:

a)    ayudarán al Comité Permanente a aplicar la Decisión 16.14;

b)    a reserva de disponer de financiación externa, participarán como observadores en el Grupo Multidisciplinario de Expertos de la IPBES (MEP) y fortalecer así los vínculos entre el MEP y los comités científicos de la CITES; y

c)    presentarán informes periódicos al Comité Permanente sobre sus actividades mencionadas en el párrafo a)supra.

Dirigida a la Secretaría
16.16

La Secretaría deberá:

a)    en el marco de las orientaciones en materia de política facilitadas por la Conferencia de las Partes, y en cooperación con el Grupo de trabajo entre períodos de sesiones sobre la IPBES del Comité Permanente, establecido de conformidad con la Decisión 16.14, proseguir su labor de seguimiento de las actividades ordinarias y entre períodos de sesiones de los órganos de la IPBES y aportar contribuciones;

b)    a reserva de disponer de financiación externa, participar como observador en el órgano rector de la IPBES y fortalecer así los vínculos entre este órgano y los órganos rectores de la CITES;

c)    explorar con otros convenios relacionados con la diversidad biológica posibles medios para facilitar la cooperación entre el Grupo de enlace de los convenios relacionados con la diversidad biológica y la Secretaría de la IPBES, una vez establecida;

d)    tratar de obtener financiación externa para apoyar la asistencia de las Presidencias de los Comités de Fauna y de Flora y de la Secretaría a las reuniones de la IPBES; e

e)    informar con regularidad al Comité Permanente, así como en la 17ª reunión de la Conferencia de las Partes, de los resultados de este trabajo.