Le Viet Nam célèbre le 20e anniversaire de son adhésion à la CITES et souligne ses efforts accrus de lutte contre la fraude

Document non officiel
destiné uniquement aux médias

 

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Le Viet Nam célèbre le 20e anniversaire de son adhésion à la CITES et souligne
ses efforts accrus de lutte contre la fraude

Le Secrétaire général de la CITES rencontre le Vice-Premier Ministre du Viet Nam à Hanoï et assiste à la
9e réunion du Réseau de lutte contre la fraude liée aux espèces sauvages de l’ASEAN

Le Vice-Premier Ministre du Viet Nam, M. Hoang Trung Hai a
rencontré le Secrétaire général de la CITES, M. John E. Scanlon

Genève/Hanoï, le 28 mai 2014 - Le Vice-Premier Ministre du Viet Nam, M. Hoang Trung Hai, le Ministre de l’Agriculture et du Développement rural, M. Cao Duc Phat et le Vice-Ministre, M. Vu Tan Tam, ont rencontré le Secrétaire général de la CITES, M. John E. Scanlon, à Hanoï, à l’occasion du 20e anniversaire de l’adhésion du Viet Nam à la CITES, afin de discuter des efforts accrus du Viet Nam pour lutter contre le commerce illégal des espèces sauvages et pour supprimer la demande en produits faisant l’objet de commerce illégal.

Dans son discours lors de la cérémonie officielle célébrant ce 20e anniversaire, M. Scanlon a mentionné les défis multiples et divers rencontrés par le Viet Nam, et a noté avec satisfaction les efforts nationaux du pays pour relever ces défis, en particulier depuis la dernière session de la Conférence des Parties à la CITES tenue à Bangkok en 2013.

 « La récente directive du Premier Ministre pour renforcer l’effort de lutte contre la fraude liée aux espèces sauvages dans tous les ministères, les secteurs et les autorités locales, et pour stopper la demande en produits faisant l’objet de commerce illégal – ainsi que l’élaboration du Plan d’action pour la soutenir - représente une étape majeure dans la mise en œuvre de la CITES au Viet Nam » a déclaré M. Scanlon.

M. Scanlon a également évoqué l’intention du Viet Nam de mettre en œuvre l’Outil d’analyse de la criminalité liée aux espèces sauvages et aux forêts de l’ICCWC (Consortium international de lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages). Il a noté que le Viet Nam avait intégré les priorités CITES - qui comprennent la lutte contre le commerce illégal des espèces sauvages - dans sa version révisée (avant-projet) de Stratégie et plan d'action nationaux pour la biodiversité (SPANB), ce qui ouvrira par ailleurs des possibilités pour bénéficier de financements du FEM.

Pour accéder à l’intégralité du discours, cliquer ici.

9e réunion du Réseau de lutte contre la fraude liée aux
espèces sauvages de l’ASEAN

Lors de son séjour à Hanoï, M. Scanlon a également adressé une allocution à l’atelier de Partenariat du Réseau de lutte contre la fraude liée aux espèces sauvages de l’ASEAN (ASEAN WEN) ainsi qu’à la 9e réunion de ce Réseau. Il a déclaré que la lutte contre le commerce illégal des espèces sauvages exigeait un effort collectif aux niveaux national, régional et mondial, et a décrit l’ASEAN WEN comme un chef de file au sein du réseau grandissant des réseaux de lutte contre la fraude liée aux espèces sauvages.

 « Pour être pleinement efficaces, nous devons associer le agences de développement et de financement, ainsi que le secteur non gouvernemental et les communautés locales, dans nos efforts collectifs de lutte contre le commerce illégal des espèces sauvages » a déclaré M. Scanlon. « En reconnaissant les effets du commerce illégal des espèces sauvages sur les communautés locales, les économies nationales, la sécurité et le développement durable, des ressources supplémentaires pourront être orientées vers la lutte contre cette activité très destructrice » a-t-il ajouté.

-----

La CITES fait partie de la première vague de traités environnementaux mondiaux. Adoptée à Washington D.C. en 1973, elle a été la première à entrer en vigueur en juillet 1975.

En adhérant à la CITES en 1994, le Viet Nam était la 121e Partie à la Convention, qui compte aujourd’hui 180 États Parties.

Les chefs d’État et les gouvernements réunis à la conférence Rio+20, qui s’est tenue en juin 2012, ont reconnu (dans le document final L’avenir que nous voulons) l’importance du rôle de la CITES en tant qu’accord international agissant au carrefour du commerce, de l’environnement et du développement.

Note aux rédacteurs: Pour plus d’informations, contacter Juan Carlos Vasquez au +41 22 917 8156 ou juan.vasquez@cites.org.

Au sujet de la CITES

Avec 180 États membres, la CITES reste l’un des instruments les plus puissants du monde pour la conservation de la biodiversité par la réglementation du commerce de la faune et de la flore sauvages. Des milliers d’espèces font l’objet de transactions commerciales et sont utilisées par les hommes dans leur vie quotidienne pour se nourrir, se loger, se soigner, ainsi que pour l’écotourisme, les cosmétiques ou la mode.

La CITES règlemente le commerce international de près de 35 000 espèces de plantes et d’animaux, y compris de leurs produits et dérivés, assurant leur survie dans la nature au bénéfice tant des populations locales qui conservent ainsi leurs moyens de subsistance que de l’environnement mondial. Le système de permis CITES a pour but de veiller à ce que le commerce international des espèces inscrites aux annexes CITES soit durable, légal et traçable.

La CITES a été signée à Washington D.C. le 3 mars 1973.

Pour en savoir plus sur la CITES, consulter www.cites.org ou les pages suivantes :

www.facebook.com/CITES
www.twitter.com/citesconvention
www.youtube.com/citesvd
www.flickr.com/cites