MINUTES TELECONFERENCE CALL MIKE CENTRAL AFRICA,

 

MINUTES DE LA TELECONFERENCE DU 6 MARS 2001 SUR LE PROJET PILOTE
DE MIKE EN AFRIQUE CENTRALE

 

PARTICIPANTS

Jim Armstrong (Secrétariat CITES) = JA, Richard Ruggiero (USFWS) = RR, Nigel Hunter = NH (directeur désigné de MIKE), John Hart (WCS) = JH, Rene Beyers (WCS) = RB

SUJETS DISCUTES

  1. Mise à jour sur le financement et le lancement des réunions sur MIKE en Afrique
  2. Résumé de la réunion pour l'Afrique de l'Ouest et liens avec l'Afrique centrale
  3. Rapport intermédiaire et consultation en statistiques
  4. Cybertracker et développement de la base de données

1. MISE A JOUR SUR LE FINANCEMENT ET LE LANCEMENT DES REUNIONS SUR MIKE EN AFRIQUE (JA)

Les fonds alloués par l'UE pour MIKE en Afrique ne sont toujours pas arrivés bien que l'UE ait indiqué à plusieurs reprises que le contrat serait bientôt prêt.

La réunion en Afrique de l'Ouest pourrait avoir lieu en février car il y a encore des fonds alloués à cet effet par le Japon.

La réunion en Afrique de l'Est a été reportée faute de fonds disponibles. Cependant, la République-Unie de Tanzanie a récemment accepté d'utiliser des fonds du programme Beeswax alloués par le Gouvernement belge pour la mise en œuvre de MIKE en République-Unie de Tanzanie, pour y convoquer la réunion la dernière semaine de mars. Le programme Beeswax a été créé après une confiscation d'ivoire en Belgique au début des années 1990. L'argent généré par la vente de l'ivoire a été consacré à la conservation des éléphants en République-Unie de Tanzanie.

La seule réunion restant à tenir en Afrique est la réunion de transition pour l'Afrique centrale. RR a déclaré que l'USFWS pourrait appuyer cette réunion si les fonds de l'UE n'étaient pas bientôt disponibles. Il faudrait un à deux mois au USFWS pour débloquer les fonds après réception d'une demande. La réunion pourrait donc se tenir au plus tôt à la fin d'avril.

JH a déjà engagé un consultant indépendant du Cameroun pour organiser la réunion pour l'Afrique centrale. Celui-ci se rendra à Libreville pour préparer la réunion et a établi un budget, que JH communiquera au Secrétariat CITES.

2. RESUME DE LA REUNION POUR L'AFRIQUE DE L'OUEST ET LIENS AVEC L'AFRIQUE CENTRALE

NH a fait son rapport sur la réunion de MIKE pour l'Afrique de l'Ouest tenue à Ouagadougou, Burkina Faso, en février. Des personnalités du pays, des gestionnaires des sites et des ONG y ont participé. Le Libéria était le seul Etat de l'aire de répartition d'Afrique de l'Ouest a ne pas être représenté.

La structure hiérarchique de MIKE proposée pour l'Afrique centrale a été adaptée à la situation en Afrique de l'Ouest, les gestionnaires des sites étant reliés aux cadres nationaux et régionaux. Un comité directeur a été proposé pour être en contact direct avec le Secrétariat CITES. Dans certains pays, les cadres sur sites seront les cadres nationaux. Le bureau régional de MIKE sera basé à Ouagadougou et un appui technique sera fourni par le biais du bureau régional de l'UICN.

Il y a eu consensus sur les sites initialement sélectionnés par le groupe statistique. Certains pays ont proposé plus de sites à inclure dans MIKE (Togo). NH a souligné qu'il était important de s'en tenir à la liste des sites originale afin que l'analyse au niveau du continent soit significative, mais que des additions par des pays seraient reçues favorablement.

Les pays de l'Afrique de l'Ouest attendent beaucoup du programme MIKE aussi importe-t-il d'indiquer d'emblée que MIKE doit être vu comme un tremplin pour ces pays, les aidant à améliorer la lutte contre la fraude et le suivi des éléphants La contribution de MIKE sera d'établir cette capacité et non de fournir des salaries ou d'investir en équipements lourds. MIKE apportera une assistance sur le terrain, payera pour les réunions, etc. Le financement de l'UE nécessite des contributions en nature par les pays ou au niveau des sites. JA l'a indiqué clairement aux membres du Comité directeur pour l'Afrique centrale lors d'une réunion informelle à Douala le mois dernier.

Le rôle des cadres régionaux est vital car ce sont eux qui assurent principalement la liaison entre les programmes fondés sur les sites et l'unité centrale de MIKE au Secrétariat CITES. Ces personnes devront avoir une bonne compréhension des questions techniques, guider la formation et suivre le programme sur le terrain. Leur mandat devrait être similaire dans les différentes régions. NH a proposé que les demandes de candidatures pour ces postes sortent simultanément pour toutes les régions. En fait, une seule demande pourrait être publiée pour un même mandat (JA).

RB et JH enverront à NH le mandat qu'ils utilisent pour recruter pour la phase pilote en Afrique centrale.

Les protocoles et les formulaires élaborés pour la phase pilote en Afrique centrale ont été discutés à la réunion de Ouagadougou. Il est apparu qu'ils doivent être adaptés à la situation locale et harmonisés autant que possible avec les sites de savane. Le Groupe technique consultatif (TAG) aura un important rôle à jouer dans l'évaluation de ces formulaires.

3. RAPPORT INTERMEDIAIRE ET CONSULTION EN STATISTIQUES

Un rapport intermédiaire pour la phase pilote en Afrique centrale sera préparé; il devrait permettre à la réunion de planifier la prochaine phase de MIKE. Le rapport suivra le mandat stipulé dans le contrat avec le USFWS. Le USFWS donnera des orientations sur la manière de procéder. Toutes les parties ont considéré que les éléments suivants étaient essentiels:

1) la communication formelle des changements apportés aux protocoles et aux formulaires (JA)

2) l'évaluation de l'approche différente à la sélection des sites en Afrique centrale et un rapport sur la manière dont elle s'intègre à la sélection des sites à l'échelle du continent (JA)

3) des recommandations pour l'échantillonnage au niveau des sites (RB)

4) la gestion et la communication de l'information et comment elles se rapportent à la structure établie durant le projet pilote (JH, RB)

Un contrat a été signé avec l'Unité de recherche sur l'évaluation des populations d'espèces sauvages dirigée par le professeur Buckland à l'Université St Andrews, en Ecosse. L'Unité aidera à analyser les données de la phase pilote et fera des recommandations sur l'échantillonnage et le cadre analytique de MIKE en Afrique centrale. Une analyse préliminaire a été faite sur une série provisoire de données pour Odzala; elle donne des directions pour le futur cadre analytique.

Des recommandations pour un plan général d'échantillonnage pour la région et un échantillonnage spécifique pour les sites devraient être prêtes au début de la prochaine phase de MIKE.

 

4. CYBERTRACKER ET DEVELOPPEMENT DE LA BASE DE DONNEES

RB a indiqué où en étaient le cybertracker et la base de données. Une réunion se tiendra en Afrique du Sud avec les utilisateurs du Cybertracker en Afrique centrale et australe pour un échange d'expérience et d'informations. RB prévoit d'y participer. Le projet pilote de MIKE en Afrique centrale a utilisé le cybertracker à Odzala avec de bons résultats – bien que certaines questions techniques subsistent (voir le rapport précédent). Le Handspring Visor serait probablement le meilleur PDA à utiliser car il fournit un système facile à utiliser. Les modules GPS sortis récemment pour ce dispositif n'ont pas encore été testés.

Des changements ont été apportés au programme du cybertracker pour tenir compte du protocole d'échantillonnage de MIKE (par exemple: la possibilité de lecture du GPS dans la canopée dense et dans les transects).

Ecofac commencera bientôt un large programme de suivi sur tous ses sites en Afrique centrale et WCS collaborera avec lui à créer des bases de données et des protocoles communs pour réunir des données géographiques et socio-économiques. Il y a également une application avec le cybertracker.

Un lien facile à utiliser entre le cybertracker et les bases de données pour gérer les données devrait être développé.

JH et RB ont travaillé à une base de données pour l'archivage des documents, qui les aidera à garder la trace des rapports nationaux et des sites et des autres documents, et à les évaluer. Le modèle de cette base de données sera présenté à la CITES et pourrait être utile dans la gestion des rapports et autres documents pour MIKE à l'échelle régionale.

Le GIS est utilisé intensivement durant la phase pilote en Afrique centrale pour la gestion et l'analyse des données. Toutefois, la capacité de se servir du GIS est très variable dans la région – certains cadres maîtrisant bien cet outil alors que d'autres n'ont pas les connaissances de base sur le fonctionnement des ordinateurs.

NH a souligné que le GIS peut être très motivant pour les personnes travaillant sur site et que c'est un outil puissant pour la représentation visuelle des données.

PROCHAINE TELECONFERENCE

La prochaine téléconférence aura lieu le 4 avril à 14 heures GMT.