Hommage à Philippe Bouché

Notre ami et collègue Philippe Bouché est décédé le mardi 5 avril 2018 dans le Parc national W du Niger, en Afrique de l’Ouest. L’avion qu’il pilotait s’est écrasé au décollage et Philippe et son passager, un membre du personnel du parc, ont malheureusement été tués. Philippe laisse dans le deuil sa femme et leurs deux enfants.

Philippe Bouché était bien connu en tant que spécialiste des éléphants d’Afrique de l’Ouest. Ses inventaires de la faune sauvage et son suivi des abattages illégaux d’éléphants en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale ont beaucoup contribué à la prise de conscience par la communauté mondiale de la situation de conservation des éléphants et des menaces qui pèsent sur eux dans la région. Il était depuis longtemps membre du Groupe des spécialistes sur l’éléphant d’Afrique et avait joué un rôle majeur dans le « Grand recensement des éléphants ». Cette semaine, sur son « temps-libre », Philippe devait poursuivre ses travaux par des observations aériennes en Gambie. Sa passion et son dévouement à son travail laisseront un grand vide ; son sens de l’humour et son esprit ludique manqueront terriblement à tous ceux qui travaillaient avec lui.

En juillet 2016, Philippe avait rejoint les rangs du Programme MIKE de la CITES en qualité de Conseiller technique principal, après avoir participé à la mise en place du programme dans la région d’Afrique de l’Ouest entre 2001 et 2004. Basé dans les locaux régionaux de l’UICN au Burkina Faso, Philippe soutenait les actions de renforcement des capacités des quatre zones essentielles de faune sauvage en Afrique de l’Ouest et Afrique centrale : le Parc national de BoumbaBek, le Parc national de Dzanga Sangha, la Réserve de faune à okapis et, les plus chères à son cœur, les zones protégées du complexe du Parc du W. Au cours de ses quelques années à ce poste, grâce à son énergie, son dévouement et son application, les premiers signes de progrès se manifestaient sur le terrain et les solides relations qu’il avait su construire avec nos partenaires dans ces régions sont à mettre au crédit de ses méthodes de travail claires et directes.

Au cours de sa carrière, Philippe a survolé plus de 15 pays, essentiellement en Afrique de l’Ouest et Afrique centrale, qu’il pilote lui-même ou participe à des relevés aériens en tant qu’observateur. Le cœur du travail de Philippe était le renforcement des capacités pour la future génération des protecteurs de la faune sauvage, autant sur le terrain dans l’ensemble des régions d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale, que dans les salles de cours de l’Université de Liège, en Belgique. Pendant sa courte période de Conseiller technique principal du Programme MIKE, il a eu le temps de procéder à des formations dans le Parc national de BoumbaBek et le Parc national de Dzanga Sangha. Mais, comme toujours, c’est au Complexe W-Arly-Pendjari qu’il réservait l’essentiel de ses efforts, là où il avait déjà formé plus du quart du personnel. C’est dans le cadre de ce projet visant à vérifier que tous les personnels de la zone étaient suffisamment formés qu’il a effectué sa dernière tragique mission dans le Parc national du W.

Nos pensées vont à l’épouse de Philippe, à ses enfants et à sa famille auxquels nous adressons nos plus sincères condoléances.

Le Secrétariat de la CITES

9 avril 2018