Des experts se réunissent en Indonésie pour examiner les avancées de la mise en œuvre du Programme CITES sur les espèces d’arbres en Asie et du renforcement de la réglementation du commerce du bois d’agar

Une soixantaine d’experts de 11 pays Parties à la CITES se sont réunis à Yogyakarta (Indonésie), du 25 au 29 juin 2018, à l’occasion de la réunion régionale du Programme CITES sur les espèces d’arbres pour l’Asie et du deuxième atelier régional sur la gestion des taxons sauvages et cultivés produisant du bois d’agar, organisés par le Ministère indonésien des forêts avec le soutien de l’Organisation internationale des bois tropicaux (OIBT) dans le cadre du Programme CITES sur les espèces d’arbres.

Le Programme CITES sur les espèces d’arbres vise à: assurer la gestion durable des espèces d’arbres rares et de leurs produits; contribuer au commerce légal, traçable et équitable des produits d’espèces d’arbres figurant aux annexes de la CITES; améliorer et renforcer la gouvernance forestière, les politiques de gestion forestière, et les capacités de lutte contre la fraude; et garantir des avantages à long terme pour contribuer à la croissance économique durable au niveau des pays, au dynamisme du secteur privé et à la réduction à long terme de la pauvreté.

La réunion a examiné les progrès réalisés jusqu’à présent dans la mise en œuvre du Programme en Asie ainsi que les projets nationaux à venir. Au cours de cette réunion de trois jours, les participants ont pris connaissance du Programme CITES sur les espèces d’arbres dans son ensemble et du travail effectué en Asie, notamment en ce qui concerne les efforts en cours dans cinq pays (Cambodge, Indonésie, Malaisie, Thaïlande, Viet Nam) à travers la révision et la finalisation des propositions de projets.

Chaque pays participant à cet atelier était représenté par une personne de son organe de gestion CITES et par le responsable du projet concerné. Ces personnes ont participé à des groupes de travail chargés d’identifier les lacunes et les enseignements tirés, et de formuler des recommandations pour des activités de suivi incluant l’identification de nouvelles espèces cibles et de nouveaux axes de travail dans des domaines distincts mais étroitement liés: 1) les avis de commerce non préjudiciable (ACNP); 2) le marquage et la traçabilité; 3) l’identification des produits des espèces d’arbres; et 4) le renforcement des capacités et de la gouvernance.

Le troisième jour a été consacré à une visite de scieries et de sites afin de poursuivre les discussions sur diverses questions soulevées au cours des deux premiers jours de travail.

Conformément à la décision 17.197, le deuxième atelier régional sur la gestion des taxons sauvages et cultivés produisant du bois d’agar avait pour objectif de partager les expériences des États de l’aire de répartition en matière de gestion des peuplements d’espèces produisant du bois d’agar dans les forêts naturelles et plantées afin de formuler des recommandations visant à prévenir la surexploitation de ces peuplements et à veiller à ce que le commerce international légal de bois d’agar sauvage ne dépasse pas les niveaux de durabilité.

Les participants avaient été sélectionnés en fonction de leur expérience en matière de gestion des espèces produisant du bois d’agar en forêts naturelles et/ou plantées. Une synthèse des tendances du commerce du bois d’agar et des flux du commerce régional des produits du bois d’agar leur a été présentée. Ils ont également discuté de la manière dont les États de l’aire de répartition peuvent coopérer pour assurer la survie à long terme des espèces produisant du bois d’agar dans la nature grâce à des initiatives de plantation intégrant des programmes de rétablissement des forêts. Les participants se sont répartis en deux groupes de travail pour discuter de la gestion des forêts naturelles et des forêts plantées, respectivement.

Les recommandations de cet atelier sur la manière d’équilibrer les deux origines (forêts naturelles et forêts plantées) des arbres produisant du bois d’agar seront présentées et examinées à la 24e session du Comité pour les plantes (Genève, juillet 2018).