Réunion d’experts du monde entier pour examiner le commerce international d’espèces sauvages en amont de la prochaine grande conférence de la CITES

Destiné uniquement aux médias;
document non officiel.

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Réunion d’experts du monde entier pour examiner le commerce international d’espèces sauvages en amont de la prochaine grande conférence de la CITES

 

Genève, le 16 juillet 2018 –Un nombre record d’experts et de scientifiques représentant toutes les régions du monde se réuniront à Genève du 16 au 26 juillet à l’occasion de la 30e session du Comité pour les animaux et de la 24e session du Comité pour les plantes de la CITES, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages.

Ces sessions seront plus particulièrement axées sur la gestion du commerce d’espèces marines, notamment les anguilles, les coraux et les requins, sur la chasse aux trophées, en particulier les léopards et les lions, et sur les ressources forestières de grande valeur, comme le bois de rose, l’ébène, le palissandre ou les plantes médicinales.

“Ce sera la dernière fois que les deux comités scientifiques de la CITES se réuniront avant la prochaine Conférence mondiale sur les espèces sauvages, la CoP18, qui se tiendra au Sri Lanka en mai 2019. Les Comités réfléchiront aux meilleurs moyens de réglementer le commerce international d’un large éventail d’espèces emblématiques de la faune et de la flore sauvages”, a déclaré Tom De Meulenaer, Chef des services scientifiques du Secrétariat CITES. “Des spécimens d’espèces sauvages inscrites aux annexes CITES sont commercialisés sous forme d’aliments, de meubles, de médicaments, de bois, de souvenirs pour touristes, de vêtements, d’animaux de compagnie, etc. Les comités scientifiques de la CITES se pencheront sur le caractère durable de ce commerce et formuleront des avis techniques et scientifiques pour examen par les 183 Parties à la Convention.”  

Le Comité pour les animaux fête le 30e anniversaire de sa création. Sa toute première session s’est tenue en 1988 dans une petite salle de classe du zoo municipal de Berne, en Suisse, en présence d’une vingtaine de participants. Quelque 360 personnes se sont inscrites à cette 30e session, témoin de l’intérêt croissant suscité par les travaux des comités scientifiques. La rigueur scientifique constitue l’ossature de la CITES et de ses processus décisionnels et elle reçoit l’attention qu’elle mérite à l’échelle mondiale.

Note aux rédacteurs :

Pour plus d’informations, et pour organiser des interviews, veuillez contacter : Liu Yuan au +41 22 917 8130 ou [email protected]

Au sujet de la CITES

Avec 183 États membres, la CITES reste l’un des instruments les plus puissants au monde pour la conservation de la biodiversité par la réglementation du commerce de la faune et de la flore sauvages. Des milliers d’espèces font l’objet d’un commerce international et sont utilisées par l’homme dans sa vie quotidienne pour se nourrir, se loger, se soigner, ainsi que pour l’écotourisme, les cosmétiques ou la mode.

La CITES règlemente le commerce international de près de 36 000 espèces de plantes et d’animaux, y compris de leurs parties et produits, assurant leur survie dans la nature au bénéfice tant des populations locales qui conservent ainsi leurs moyens de subsistance que de l’environnement mondial. Le système de permis CITES a pour but de veiller à ce que le commerce international des espèces inscrites aux annexes CITES soit durable, légal et traçable.

La CITES a été adoptée à Washington D.C. le 3 mars 1973 et est entrée en vigueur le 1 juillet 1975 Pour en savoir plus sur la CITES, veuillez consulter www.cites.org ou les pages suivantes :