Déclarations du Secrétaire général

Bishkek, République kyrgyze, Octobre 2013   Déclaration de John E. Scanlon, Secrétaire général de la CITES Monsieur le Président Atambayev, Président de la République kyrgyze. Monsieur le Vice-premier ministre Sarpashev, Président du Comité d’organisation du Forum. Distingués délégués des 12 États de l’aire de répartition du léopard des neiges.   Chers amis et collègues des organisations intergouvernementales et non gouvernementales et en particulier, coorganisateurs du Forum.   -----
(SBSTTA-17 manifestation parallèle n° 2979)   Déclaration du Secrétaire général de la CITES, John E. Scanlon   16 octobre 2013  
S. E. M. Zulkifli Hasan Ministre des forêts Ministère des forêts Gedung Manggala Wanabakti Blok I Lt. 8, Jalan Gatot Subroto Jakarta 10270 Indonésie   Excellence,   Je vous remercie infiniment pour cette aimable invitation à assister à la Première session des États des aires de répartition des rhinocéros d’Asie. Malheureusement, mes plans de voyage ne me permettent pas d’y venir en personne mais j’aimerais souhaiter la plus chaleureuse des bienvenues aux participants et féliciter le Gouvernement de l’Indonésie pour avoir pris cette initiative importante. Un rhinocéros tué par des braconniers en Inde.
Le Secrétaire général de la CITES, John E. Scanlon, a été invité à prononcer un discours liminaire lors de la séance d’ouverture de la 19e session de la Commission des forêts et de la faune sauvage pour l’Afrique (AFWC) qui a eu lieu à Windhoek, Namibie, le 30 septembre 2013. 
Yury Fedotov, Directeur exécutif de l’ONUDC et John E. Scanlon, Secrétaire général de la CITES       Un crime économique perpétré, dans les régions les plus reculées, par des groupes criminels organisés qui exploitent les populations locales et les lois laxistes  
Yury Fedotov, Directeur exécutif de l’ONUDC et John E. Scanlon, Secrétaire général de la CITES       MESURES: Les pays doivent inscrire la criminalité liée aux espèces sauvages comme un crime grave dans leur législation nationale   Les réseaux de la criminalité organisée font le trafic d’espèces en danger, les poussant au bord de l’extinction. Il faut agir avant qu’il ne soit trop tard.
Manifestation parallèle de l’Assemblée générale des Nations Unies organisé par l’Allemagne et le Gabon, New York, 26 septembre 2013   Remarques d’ouverture du modérateur de la séance, John E. Scanlon, Secrétaire général de la CITES   Excellences, distingués invités, chers collègues   Au nom des deux coprésidents, l’Allemagne et le Gabon, je vous souhaite une chaleureuse bienvenue à la discussion de haut niveau de cet après‑midi. Je serai votre modérateur.  
Directrice générale de l’Unesco Irina Bokova et leSecrétaire général de la Cites John E. ScanlonAu rythme où vont les choses, demain les enfants d'Afrique de l'Ouest et Centrale parleront des éléphants et des rhinocéros comme nous parlons des mammouths: des créatures magnifiques appartenant au passé
La 16e session de la Conférence des Parties à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CoP16 de la CITES), réunie à Bangkok, Thaïlande, du 3 au 14 mars 2013, a pris des mesures décisives pour enrayer l’escalade inquiétante de l’abattage illégal d’éléphants et de rhinocéros d’Afrique et de la contrebande de leur ivoire et de leurs cornes, thème du présent article.   Les Parties ont également pris des décisions cruciales pour d’autres espèces subissant les pressions du commerce illégal: les grands félins d’Asie, les grands primates, les pangolins, les tortues terrestres et les tortues d’eau douce, certaines espèces ligneuses et l’antilope du Tibet; elles ont aussi décidé de demander une étude du commerce légal et illégal des guépards sauvages pour en évaluer les effets sur la conservation de l’espèce dans la nature.  

Pages