Une jeune fille de 15 ans lauréate du concours organisé à l’occasion de la Journée mondiale de la vie sauvage 2020 réservé aux jeunes artistes

Destiné uniquement aux medias ;
document non officiel.

 

           

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE CONJOINT

Une jeune fille de 15 ans lauréate du concours organisé à l’occasion de la Journée mondiale de la vie sauvage 2020 réservé aux jeunes artistes

Tiarn Garland, a impressionné le jury par sa poignante illustration d’un koala sur fond des incendies de forêt qui ont dévasté l’Australie

Genève/New York/Washington DC, 3 mars – La jeune artiste australienne Tiarn Garland, âgée de 15 ans, a gagné le prix du concours de la Journée mondiale de la vie sauvage 2020 réservé aux jeunes artistes. Ce 3 mars, dans le cadre des cérémonies commémoratives de la Journée mondiale de la vie sauvage, le jury composé de représentants du Secrétariat de la CITES, du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) et du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), a annoncé le nom du gagnant au siège de l’ONU, à New York.

Intitulé « Here today….but tomorrow? » (Présent aujourd’hui … mais demain ?), l’œuvre montre au premier plan un koala s’accrochant à une branche alors que dans un arrière plan pas si lointain brûle un incendie ravageant la forêt. L’animal très travaillé et son regard comme animé de vie ont impressionné le jury qui a choisi cette œuvre parmi le très grand nombre de celles d’une grande qualité qui ont été présentées au concours cette année. Tiarn a reçu son prix au cours des manifestations organisées au plus haut niveau au siège de l’ONU dont elle était l’invitée d’honneur.

Le concours des jeunes artistes de cette année a été organisé sur le thème des célébrations de la Journée mondiale de la vie sauvage qui était : « Maintenir toutes les formes de vie sur Terre », ce qui englobe toutes les espèces animales et végétales et souligne le rôle essentiel qu’elles jouent dans la biodiversité pour la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies, notamment l’Objectif 14 (Vie aquatique), l’Objectif 15 (Vie terrestre), l’Objectif 1 (Pas de pauvreté) et l’Objectif 12 (Consommation et production responsables).

C’est la deuxième fois qu’est organisé ce concours pour marquer la Journée mondiale de la vie sauvage. Ont concouru près de 200 œuvres proposées par plus de 20 pays. Les membres du jury ont choisi la lauréate dans une liste de 13 finalistes d’une qualité exceptionnelle.

Le jury était composé de

  • Azzedine Downes, Président et PDG de l’IFAW
  • Midori Paxton, Directrice de la biodiversité et des écosystèmes au PNUD
  • Ivonne Higuero, Secrétaire générale de la CITES
  • Monica Medina, Fondatrice et PDG d’Our Daily Planet
  • Maddy Paice, Ambassadrice de la jeunesse à l’IFAW
  • Kathleen Rodgers, Présidente du Earth Day Network
  • Jim Toomey, Dessinateur à Sherman’s Lagoon

« En novembre 2019, des dizaines de feux de brousse se sont déclarés en Australie. Ils ont brûlé hors de tout contrôle pendant des mois et détruit des millions d’hectares d’habitats précieux pour les espèces sauvages. Des milliards d’animaux ont péri dans les flammes. Des espèces emblématiques de notre pays ont été touchées par la tragédie et ce sont notamment des dizaines de milliers de koalas qui figurent parmi les victimes. L’inspiration m’est venue du fait que le koala représente le combat pour la durabilité qui se déroule dans notre propre arrière-cour. J’ai voulu attirer l’attention sur la vulnérabilité de notre faune indigène et sur le fait que c’est leur survie qui est en jeu. Je voulais montrer combien l’équilibre est précaire et facilement détruit, parfois en quelques jours ou même quelques heures, et évoquer le fait qu’il était possible d’agir sur les effets immédiats et à long terme des menaces qui pèsent sur la vie sauvage » selon les termes de Tiarn Garland, lauréate du concours.

Kelly Johnston, Administratrice de programme à l’IFAW a déclaré : « Par un moyen à la fois créatif et expressif, nous restons émerveillés face à l’étonnante beauté des œuvres proposées par des enfants de tous âges répartis dans le monde entier. Nous nous sentons tous encouragés par le fait que ce concours a inspiré des participants venus du monde entier, ce qui est une éclatante illustration des affinités naturelles des enfants pour la nature et pour l’art. Nous continuerons à célébrer la si riche biodiversité dans laquelle nous baignons et qui a tant besoin des jeunes qui seront les gestionnaires de la nature ».

Ivonne Higuero, Secrétaire générale de la CITES, a déclaré : « Nous félicitons Tiarn pour son puissant dessin et pour le talent dont elle a fait preuve en illustrant les menaces qui pèsent sur la biodiversité mondiale. Nous sommes fiers de collaborer avec l’IFAW et le PNUD dans ce concours artistique. Nous le faisons dans l’espoir qu’il serve à galvaniser l’intérêt des jeunes et des enfants pour la faune et la flore sauvages et leurs habitats, dans toute leur diversité. Nous remercions Tiarn et tous les participants au concours de cette année pour leur travail et leur engagement. Nous pensons qu’ils en inspireront d’autres et que leurs œuvres permettront de renforcer les liens entre les jeunes, la vie sauvage et la biodiversité mondiale ».

« L’œuvre de Tiarn est extrêmement puissante. Elle résume le thème de cette année de la Journée mondiale de la vie sauvage et illustre les liens directs entre la crise climatique et la crise de la nature » a déclaré Midori Paxton, Directrice de la biodiversité et des écosystèmes au PNUD. « Les canicules et incendies fréquents sont parmi les menaces les plus sérieuses que doit affronter la biodiversité. La détresse des koalas, tel qu’elle est décrite par Tiarn, est le symbole de ces menaces toujours croissantes. Beaucoup de petites espèces endémiques, comme la petite souris marsupiale, sont également au bord de l’extinction suite aux incendies qui ravagent l’Australie. Nous sommes face à une crise planétaire dont la solution exige des actions globales de lutte contre le changement climatique et la perte de biodiversité. »

Célébrée tous les ans, la Journée mondiale de la vie sauvage a été créée par une résolution votée en 2013 par l’Assemblée générale de l’ONU pour marquer l’anniversaire de l’adoption de la Convention de la CITES. Le Secrétariat de la CITES en est le principal facilitateur. Depuis sa proclamation, la journée est devenue l’une des plus importantes manifestations annuelles mondiales dédiées à la vie sauvage, et elle est organisée au plus haut niveau au siège de l’ONU à New York, ainsi qu’à Genève.

L’œuvre gagnante, ainsi que toutes les œuvres ayant concouru, sont disponibles sur la page Flickr de la Journée mondiale de la vie sauvage, et sur le site web de l’IFAW.

Pour plus d’informations, et pour organiser des interviews, veuillez contacter :

IFAW: Rodger Correa at +1 202 834 6637 ou [email protected]

CITES: Francisco Pérez at +41 22 917 1447 ou [email protected]

PNUD : Sangita Khadka at +1 212 906 5043 ou [email protected]

 
Au sujet de la CITES
 
La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) a été adoptée le 3 mars 1973 et est entrée en vigueur le 1 er juillet 1975.Avec 183 États membres (182 pays auxquels s’ajoute l’Union européenne), la CITES reste l’un des instruments les plus puissants au monde pour la conservation de la biodiversité par la réglementation du commerce international de près de 36 000 espèces de plantes et d’animaux sauvages.Partout dans le monde, l’homme utilise des espèces inscrites à la CITES dans sa vie quotidienne pour se nourrir, se loger, se soigner, ainsi que sous forme de souvenirs touristiques, de cosmétiques ou de vêtements.La CITES s’efforce de veiller à ce que le commerce international de ces espèces soit durable, légal et traçable et contribue aussi bien aux moyens d’existence des populations locales qui vivent au plus près d’elles qu’à l’économie des différents pays, de manière à préserver la santé de la planète et le bien-être des populations, dans le respect des Objectifs de développement durable des Nations unies.
 
Au sujet du PNUD
 
Le PNUD travaille en partenariat à tous les niveaux de la société pour aider à construire des nations capables de résister aux crises tout en motivant et soutenant un type de croissance qui améliore la qualité de vie de chacun.Sur le terrain, dans près de 170 pays et territoires, il offre des perspectives mondiales et locales pour aider à renforcer les moyens d’existence et à bâtir des nations résilientes.
 
Au sujet de l’IFAW
 
Le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) est une organisation mondiale à but non lucratifs aidant les animaux et les humains à prospérer ensemble. Nous sommes des experts et des gens ordinaires qui travaillons sur les mers et les océans, et dans plus de 40 pays du monde. Nous sauvons, soignons et réinsérons les animaux dans la nature et nous restaurons et protégeons leurs habitats naturels. Les problèmes auxquels nous sommes confrontés sont urgents et compliqués. Pour les résoudre, nous allions idées neuves et mesures énergiques. Nous formons des partenariats avec les communautés locales, les gouvernements, les organisations non gouvernementales et les entreprises privées. Ensemble, nous explorons des voies nouvelles et originales pour aider ces espèces à prospérer. Voyez comment à ifaw.org.